Qui parmi vous, ne s’est jamais senti blessé, trahi, par des paroles, des gestes ou des actes commis par une personne en qui vous aviez une totale confiance ?

Ces blessures sont souvent vécues de manière très brutale, le cœur percuté de plein fouet, vous êtes mis à terre, anéanti, sous le choc.  Beaucoup diront qu’ils n’ont rien vu venir.  Pourtant, si vous écoutez vraiment les messages que vous délivre votre être, par le biais de votre corps ou de votre intuition, les signaux d’alarme étaient bien souvent déjà là, mais votre manque de confiance en vous ne vous a, à ce moment-là, pas permis d’entendre et de prévenir ce que vous vivez alors comme un coup bas.

Les réactions émotionnelles lorsqu’on se sent attaqué et vulnérable

De multiples sentiments vont alors faire surface et vous envahir.  Colère, ressentiment, tristesse, rage et parfois même haine vont prendre toute la place, vous obligeant par là-même à refermer à triple tour votre cœur, blessé.  Protection psychique indispensable lorsqu’on se sent attaqué et vulnérable.

Vos réactions émotionnelles sont instinctives, propres à votre nature d’être humain et vous n’avez souvent pas d’autres choix que de faire place à la douleur, de l’accueillir pleinement, comme si vous réconfortiez un petit enfant, en le prenant dans vos bras. C’est d’ailleurs de votre petit enfant intérieur qu’il est question ici et il est donc indispensable de lui offrir toute votre attention. Cette réaction parfaitement naturelle vient alors signifier qu’une blessure existe déjà à un endroit de votre être et que cet évènement vient la réactiver, vous permettant ainsi de la reconnaitre, d’en prendre conscience, et de la guérir.

Cette douleur est ce qui vous est donné à vivre dans un premier temps et il est vraiment nécessaire de lui accorder toute la place qu’elle mérite. Mais ensuite, que se passe-t-il quand la douleur fait rage et qu’elle ne parvient pas à se dissiper ?

Elle se transforme alors en souffrance, prenant tout l’espace dans votre cœur, votre corps et aussi votre tête, vous poussant parfois même jusqu’à la vengeance, avec l’espoir de rendre justice et de trouver ainsi la paix et le soulagement.

Mais qu’en est-il réellement ? En vouloir à l’autre peut-il vraiment atténuer votre douleur ?

Vous imaginez certainement qu’en passant à autre chose, en oubliant l’évènement vécu et la souffrance ressentie, ils seront effacés, gommés, comme s’ils n’avaient jamais existés. Alors vous résistez, vous vous battez et attisez en vous un conflit intérieur. Pourtant en vouloir à l’autre ne soulagera jamais votre propre douleur car tant que vous en voulez à l’autre, c’est à vous que vous faites du mal, pas à l’autre.

Vous n’êtes bien sûr pas responsables de tous les évènements qui arrivent dans votre vie, néanmoins, vous  êtes RESPONSABLES à 100% de ce que vous faites de ce qui vous arrive. C’est là qu’est votre plus grand pouvoir personnel.

En effet,  une fois la douleur accueillie, deux possibilités s’offrent alors à vous :

  • Soit vous continuez d’entretenir la rancune, de ressasser indéfiniment l’expérience vécue en vous repassant le film en boucle, ce qui conduit à un état permanent de souffrance émotionnelle, et maintient indirectement le lien avec la personne qui vous a blessé,
  • Soit vous prenez pleinement vos responsabilités, regardant avec bienveillance la part de vous qui a été touchée, comprenant qu’une blessure du passé non guérie a été réactivée et qu’il vous incombe à présent de trouver le moyen de la cicatriser.

Choisir cette seconde voie vous mène inévitablement sur le chemin du pardon et de la libération

En choisissant de pardonner, vous vous faites le plus beau des cadeaux

Pardonner ne signifie pas oublier, ni minimiser, ni cautionner le geste, la parole ou l’acte que l’autre a commis. Pardonner signifie se choisir, s’aimer suffisamment pour se libérer des liens qui vous unissent à l’autre. Ainsi, le passé ne conditionne plus votre présent ni votre avenir.

En choisissant de pardonner, vous vous faites le plus beau des cadeaux. Vous vous pardonnez à la fois d’avoir accueilli et permis que cette expérience s’invite dans votre vie et en tirez les enseignements qui vous éviteront de revivre une situation identique. Vous pardonnez également à l’autre d’avoir commis une « faute » qui, pour répondre à ses propres besoins, a réveillé une blessure qui existait déjà en vous et qui est ravivée.

Et si je n’y arrive pas ?

A contrario, le refus de pardonner vous engage à coup sûr sur la voie de « la souffrance à perpétuité ». En alimentant la rancune et le jugement sur l’autre, vous donnez à la fois les pleins pouvoirs à votre Ego et vous continuez en plus à donner une place importante à la personne qui vous a blessée, lui permettant ainsi de continuer à avoir de l’influence dans votre vie.
Pour autant, pardonner ne signifie pas renouer avec celui ou celle qui vous a fait du mal. Nul besoin de continuer à supporter une situation intolérable ou de faire perdurer une relation qui est toxique pour vous !

Et vous, avez-vous envie de vous délester d’un lourd poids qui pèse sur vos épaules, de vous libérer pour vivre pleinement votre vie ? Le temps n’est-il pas venu de pardonner ?

Commentaires non autorisés